L'historique de notre entreprise de menuiserie en Ile-de-France

Crée en 1948, Vildieu Père & Fils est une entreprise de menuiserie familiale implantée en région Ile-de-France. Avec ses deux ateliers situés en région Parisienne, l'un à Bobigny, l'autre à Goussainville, notre société réalise votre menuiserie d'agencement haut de gamme, l'habillage de vos cabines d'ascenseur et vos travaux de tôlerie. Pour tout renseignement complémentaire, n'hésitez pas à prendre contact avec nos spécialistes de l'agencement intérieur.

Robert VILDIEU – 1948 / 1984

Monsieur Robert VILDIEU démarre une petite activité de travail du bois. Il construit des sommiers en fabriquant ses propres machines.

Il acquiert une certaine notoriété dans cette activité. En 1951, le premier compagnon est embauché. C’est alors qu’une demande lui est faite d’un de ses voisins de l’époque « LE BRONZE INDUSTRIEL », on lui demande de l’emballage et conditionnement de pièces pour l’industrie automobile. Il devient « emballeur » et fabrique de la caisse en bois. Il est reconnu dans le métier et décroche des marchés d’emballage pour l’armée (GIAT Industrie, Supelem, Thomson, AMX, Dassault).

Ces clients lui posent un problème auquel aucune industrie de l’époque dans l’emballage ne peut répondre : le transport et le fret des pièces détachées fragiles. Après plusieurs essais de caisses montées sur cylindre, bloc ou ressorts sont essayés avec un succès moyen. De plus se greffent les problèmes de conditionnements des emballages résistant au transport maritime. Les pièces peuvent être stockées dans des endroits humides. Robert VILDIEU met alors au point des techniques d’emballage permettant le stockage de longue durée et protégeant les pièces contre l’humidité et le sable. Il découpe, soude les plastiques à la taille des pièces afin de les enfermer en faisant le vide d’air à l’intérieur. On peut dire qu’il est l’un des premiers à effectuer le conditionnement sous « blister ».

Il ne va cependant pas résoudre le problème des pièces très fragiles. La solution est pourtant proche sous ses yeux. Un matin, en ouvrant ses volets, il observe un motard en « vespa » dont un pneu est crevé. Il a alors la révélation. C’est avec des chambres à air qu’il va amortir les chocs et c’est ainsi qu’il va déposer le brevet.

Les premiers clients qui lui font confiance sont enchantés, il va développer toute une technique autour des chambres à air qui doivent résister et être constantes au niveau pression atmosphérique suite aux différentes affectations des caisses (transport aérien ou maritime). Bientôt la technique devient très au point et à partir des années 1963 à 1965, la société explose. Il forme son fils Jean François a toutes ces techniques afin de lui proposer, un jour, la reprise de l’entreprise.

Jean-François VILDIEU – 1960 / 1987

Pendant de nombreuses années, l’activité principale reste le conditionnement, l’emballage industriel de matériel militaire ou d’entreprises industrielles.

Dans cette activité, un client lui demande l’emballage de meubles bois et le transport en France et à l’Étranger. Il s’avère que les meubles arrivent en notre atelier abîmés, voire cassés. Il commence les réparations, change certaines pièces. Le client, spécialisé dans l’Art de la table, lui demande un devis pour la fabrication d’un meuble en série.

Il démarre ainsi sa première fabrication pour Bernardaud puis devient réputer dans l’Art de la table, fait de la conception de mobilier, corners, stands, exporte des magasins complets en France et quelques pays étrangers.

La clientèle s’agrandit : Orfèvrerie Christofle, Baccarat, St Louis, Aviland, Réno, Gien, Dome, Christallerie d’Arques, cette activité prendra le dessus sur l’emballage industriel.

Dans les années 80, l’entreprise de menuiserie située en Ile-de-France s’oriente vers des marchés différents. Les investissements deviennent urgents, la qualification du personnel ne demande pas les mêmes compétences.

Robert VILDIEU a du mal à lâcher son affaire à son fils. Le conflit des générations est en route. Les investissements ne sont pas réalisés dans le bon sens pour l’entreprise. Le choc pétrolier de 1973 est difficile à prendre, la qualité du travail fourni et la réputation restent intactes, mais la compétitivité au niveau des prix devient difficile à gérer. Robert VILDIEU laissera son entreprise et partira à la retraite à 79 ans.
Jean-François VILDIEU reprend donc la société en 1985. Une maladie incurable se déclare et il devra se retirer deux ans plus tard, laissant une entreprise à la limite de la rupture et passera la reprise à son fils Philippe en 1987 qui termine sa formation en ébénisterie et travaille dans l’entreprise depuis l’âge de 16 ans.

Philippe VILDIEU – 1985 à nos jours

La reprise de l’entreprise est très difficile.

L’activité de l’emballage est faite de techniques modernes et ne permet plus de vendre notre savoir-faire qui est devenu artisanal.

La clientèle dans le secteur de l’Art de la table s’essouffle, ce marché permettra de survivre deux ans le temps de la réorganisation.

La première réorganisation de Philippe VILDIEU sera la création d’un service commercial et l’investissement de machines de production. En 6 mois, les premières demandes arrivent : architectes, rénovations d’appartements, agencements de magasins, bureaux, stands.

La machine est relancée, mais un manque de personnel qualifié freine le développement.

Philippe VILDIEU s’aperçoit que la formation « maison » est la meilleure. Il faudra 10 ans pour obtenir des compagnons qualifiés. Une structure avec des cadres sera mise en place dans les années 90.

Des activités nouvelles seront proposées à notre clientèle suite à des rachats de structures. La première sera l’agencement de cabines d’ascenseurs qui donnera une nouvelle dimension à l’entreprise, puis viendra s’intégrer le rachat d’une société de maçonnerie, carrelage, plâtrerie en 2000, la création d’une activité de serrurerie et tôlerie liée aux ascenseurs, développement des traitements de surface en cabine de vernis (cette société sera une filiale) et travaillera pour d’autres menuisiers en région parisienne.

Depuis deux ans, la Société s’informatise dans la gestion, la productivité afin de se préparer à la concurrence des pays européens tout en sachant que le service amené aux clients reste primordial.

Le savoir-faire accumulé depuis trois générations ainsi que la qualité de notre travail doivent restés l’atout majeur de l’entreprise.

Top